Echeveria : la succulente artichaut

L’Echeveria est un genre botanique qui appartient à la famille des Crassulaceae, comme les Crassula. Il s’agit d’une plante succulente originaire des zones semi-désertiques du Mexique et d’Amérique du sud, à la différence de la Crassula, surtout originaire d’Afrique du sud. Comme sa consœur, l’Echeveria est résistant aux fortes chaleurs et périodes de sécheresse.

Le genre Echeveria comprend plus de 150 espèces, elles-mêmes comprenant des centaines de variétés horticoles (cultivars). Le nom provient du botaniste mexicain du 18ème siècle, Atanasio Echeverría y Godoy. Souvent, l’Echeveria est surnommée la « succulente artichaut » (ou « plante grasse artichaut ») ou la « succulente chou » (« plante grasse chou ») à cause de son aspect. Pour rappel, l’emploi du terme « plante grasse » n’est pas correcte, il faut dire succulente.

Il n’est pas rare de confondre les Echeveria avec les Graptopetalum, d’ailleurs, l’hybridation de ces deux genres donne des Graptoveria.

Echeveria : description des différentes espèces

Nous l’avons dit, l’Echeveria est un genre qui comporte plus de 150 espèces, mais la grosse majorité d’entre elles ont des caractéristiques similaires : des feuilles charnues qui forment une rosette (d’où le surnom de « succulente artichaut / chou ») et qui sont gorgées d’eau, ce qui est indispensable à leur survie dans les zones arides (comme les cactus). Leurs feuilles sont de couleur variée, généralement dans les tons gris, bleus, verts ou rosés, avec les pointes ou extrémités rougeâtres.

La plupart des espèces possèdent une hampe florale assez longue, parfois jusqu’à 30 centimètres de longueur, qui porte des fleurs rouges, orange, roses.

Vous trouverez ci-dessous les espèces les plus connues, avec photos et caractéristiques principales. Cela devrait permettre d’identifier plus facilement les espèces que vous posséder et de leur apporter les meilleures conditions de culture !

Par souci de clarté, les espèces sont classées des plus populaires au moins populaires : Echeveria elegans, Echeveria agavoides, Echeveria pulvinata, Echeveria lilacina, Echeveria pulidonis, Echeveria setosa, Echeveria peacockii, Echeveria gibbiflora, Echeveria purpusorum… Vous trouverez aussi des conseils de culture et d’entretien de ces espèces en particulier, qui différent donc des conseils d’entretien des Echeveria génériques pour le genre Echeveria, que vous retrouvez à la fin.

Echeveria elegans

L’Echeveria elegans est l’espèce la plus connue : elle est compacte et présente des feuilles vert pâle ou bleutées, recouvertes d’une pruine blanche argentée. Lorsqu’elle est très exposée au soleil, elle peut présenter des feuilles teintées de rouge ou de rose. Aussi, l’Echeveria elegans produit des rejets assez facilement, c’est pourquoi il n’est pas rare de la voir entourée d’autres congénères pour former un véritable tapis. Ses fleurs sont orange/jaune et roses et apparaissent sur une hampe florale pouvant atteindre 20 centimètres.

Echeveria agavoides et Echeveria agavoides ‘Miranda’

Espèce également très connue du genre, l’Echeveria agavoides ressemble à un agave, raison pour laquelle elle est appelée « agavoide » (comme l’Ariocarpus agavioides d’ailleurs) ! C’est une espèce originaire du Mexique, particulièrement des zones rocailleuses des états de San Luis Potosi, Hidalgo, Guanajuato, Durango.

L’Echeveria agavoides est une petite succulente (plante grasse) d’une vingtaine de centimètres de diamètre au maximum et d’une dizaine de centimètres de hauteur. Ses feuilles sont épaisses et pointues, de couleur vert vif et rougeâtre ou jaunâtre aux extrémités. Comme chez la Crassula, c’est l’exposition au soleil qui déterminera la présence et l’intensité du rouge ou jaune sur ses feuilles ! Ses fleurs, qui peuvent apparaitre en été, mesurent jusqu’à 50 centimètres de hauteur et sont rouges, parfois rosées ou orangées à pointe jaune.

Dans le commerce, il arrive souvent de trouver des Echeveria ‘Miranda’ : il s’agit en fait de cultivars (variétés horticoles) de l’Echeveria agavoides qui offrent des rosettes plus compactes ainsi que des feuilles plus longues, plus dressées et qui mélangent parfois vert et violet / rose. (On trouve aussi des Echeveria ‘splash’, qui sont des Echeveria peintes ou bombées…)

Echeveria pulvinata

L’Echeveria pulvinata est une espèce buissonnante d’une trentaine de centimètres de hauteur au maximum. Ses feuilles mesurent 5 à 7 centimètres, sont de couleur vert clair à vert foncé et ont un aspect velours. En fonction des températures (en cas de froid) ou de l’exposition au soleil (si de longue durée), elles peuvent prendre une couleur rougeâtre ou orangée à leurs extrémités. Les fleurs de cette espèce sont jaunes ou orangées et peuvent apparaitre au début de l’été.

Il existe deux cultivars (variétés horticoles) particulièrement répandus :

  • Echeveria pulvinata ‘Ruby’, de couleur rouge ;
  • Echeveria pulvinata ‘Frosty’, de couleur vert-argenté.

Echeveria lilacina

L’Echeveria lilacina est une espèce dont les feuilles sont particulièrement serrées les unes aux autres, la rosette est très compacte et peut mesurer une vingtaine voire trentaine de centimètres de diamètre et de hauteur. Ses feuilles sont de couleur verdâtre à grise, voire légèrement blanche ou violette (au soleil). Cette espèce est parfois surnommée « Ghost Echeveria » (Echeveria fantôme) à cause de sa couleur qui peut être très claire et de l’aspect « pruine » (fine couche cireuse) de ses feuilles. Avec l’âge, ses feuilles charnues ont tendance à s’aplatir.

Chez cette espèce, la hampe florale, rose ou orange, est particulièrement longue, elle peut atteindre 30 centimètres. Comme chez l’Echeveria pulvina, la floraison de l’Echeveria lilacina intervient au début de l’été et donnera des fleurs roses ou orange.

On trouve cette « succulente artichaut » très largement en pot dans nos intérieurs et parfois dans la nature, notamment dans les rocailles de la Méditerranée où le climat est clément et les précipitation sont faibles. Elle peut résister à -2°C sans protection, jusqu’à -8 ° C si elle est protégée en hiver (voile hivernage, toit, serre) et au sec. Sa croissance est plutôt lente.

Echeveria pulidonis

L’Echeveria pulidonis est une espèce plutôt petite, puisqu’elle mesure une petite quinzaine de centimètres de diamètre. Ses feuilles sont vertes, parfois un peu violettes lorsque les températures sont plus fraiches, et entourées d’un liseré rougeâtre. La floraison de l’Echeveria pulidonis a lieu à la fin de l’hiver et donne des fleurs jaunes tout au bout d’une hampe florale qui peut atteindre une vingtaine de centimètres.

Cette espèce est cultivée en pot ou en extérieur dans de nombreuses régions puisqu’elle peut résister à des températures élevées mais aussi bien négatives (jusqu’à -8 °C). Attention néanmoins à la quantité d’eau qu’elle reçoit : même si elle est rustique, elle ne doit pas recevoir trop d’eau, elle doit rester au sec. L’idéal est là encore de la protéger en hiver. Sa croissance est rapide.

Echeveria setosa

L’Echeveria setosa est une espèce petite particulièrement reconnaissable grâce à ses petits poils blancs couvrant ses feuilles charnues vert clair. Celles-ci mesurent entre 5 et 7 centimètres de long pour 2 centimètres de large et forment une rosette d’une petite dizaine de centimètres de diamètre. Le nom « setosa » provient du latin signifiant « soies », en référence aux poils présents sur les feuilles (en fonction des cultivars et variétés, les poils sont plus ou moins nombreux). La croissance de l’Echeveria setosa est plutôt rapide, ce qui en fait une espèce appréciée pour la culture !

La hampe florale de cette succulente mesure 15 à 30 centimètres de longueur et offre des fleurs rouge ou orange aux extrémités jaunes. La floraison intervient au début de l’été et peut durer entre 1 et 2 mois.

Echeveria desmetiana, peacockii, subsessilis

Echeveria peacockii
Echeveria desmetiana

L’Echeveria desmetiana, aussi appelée Echeveria peacockii, Echeveria subsessilis ou Cotyledon peacockii, est une espèce parmi les plus résistantes du genre, puisqu’elle résiste à des températures très chaudes et aux climats arides, ainsi qu’à des températures froides (-6 °C à peu près si elle est maintenue au sec). Elle possède une croissance rapide.

Ses feuilles sont souvent vert clair lorsqu’elles sont jeunes, puis davantage bleu clair et couvertes d’une pruine bleu clair. Elles forment une rosette de 15 centimètres maximum. Les fleurs de cette espèce sont orange et apparaissent sur une hampe de 30 centimètres environ !

A noter que le nom Echeveria desmetiana regroupe maintenant d’anciennes formes qui étaient des espèces à part entière, comme l’ex Echeveria subsessilis qui a des feuilles plus longues.

Echeveria gibbiflora

Aussi appelée Echeveria campanulata, l’Echeveria gibbiflora est originaire du Mexique et du Guatemala. Son feuillage a la particularité de changer de couleur au fil des saisons et au fur et à mesure de sa croissance. D’abord vert clair lorsqu’elles grandissent et au printemps, ses feuilles sont ensuite bordées de rose en été, vert gris à l’automne et violettes/mauves en hiver. Elles sont aussi plus ou moins longues (jusqu’à 20 cm), larges (jusqu’à 15 centimètres), courbées et dentelées en fonction de leur région de provenance.

Ses fleurs sont roses et se développent sur une hampe florale qui mesure parfois un mètre de haut, sur une plante qui mesure rarement plus de 30 centimètres ! L’Echeveria gibbiflora résiste évidemment très bien à la chaleur, mais aussi à des températures très légèrement négatives (-2 °C), ce qui en fait une plante cultivable à l’extérieur dans certaines régions (méditerranéenne pas exemple, puisque la pluie et l’humidité restent ses ennemies).

Echeveria purpusorum

L’Echeveria purpusorum est une espèce particulièrement adaptée à la culture en pot, puisque sa rosette atteint 8 centimètres de diamètre au maximum. Ses feuilles, plutôt courtes et pointues, ressemblent à celles des Haworthia. Aussi, elles sont de différentes couleur en fonction de leur exposition au rayons UV :

  • Verte pâle si peu exposées au soleil ;
  • Vertes, marbrées de rouge et aux contours rouges si un peu exposées au soleil ;
  • Presque totalement rouges si fortement exposées au soleil (elle accepte le plein soleil).

Les fleurs de cette espèce sont rouges à pointe jaune, elles apparaissent au bout d’une hampe florale pouvant atteindre 25 centimètres, en forme scorpioïde. Cette succulente (plante grasse) résiste à -2 °C.

Echeveria secunda ou Echeveria glauca

Appelée Echeveria secunda, Echeveria glauca ou même Echeveria secunda var. glauca, cette espèce est rustique (-8 °C avec protection, c’est-à-dire hors vent et pluie), idéale pour les cultures en rocaille ou en pot à l’extérieur.

Ses feuilles forment des rosettes qui sont bleu clair ou qui tirent parfois sur le vert et le gris. Ses fleurs offrent des dégradées de rose, de jaune ou de orange, sur une hampe de 15 centimètres. L’Echeveria secunda a une croissance rapide.

Echeveria prolifica

Parfois considérée comme un cultivar de Echeveria agavoides, l’Echeveria prolifica est une succulente compacte de couleur vert clair à bleue, avec quelques teintes de rouge.

Il est parfois appelé Echeveria prolifera puisque cette espèce est très « prolifique », c’est-à-dire qu’elle produit de nombreux stolons (tiges aériennes rampantes qui s’enracinent et produisent de nouveaux pieds). La multiplication de cette espèce est donc très facile !

Echeveria derenbergii

L’Echeveria derenbergii est une petite espèce prolifique, au port plutôt érigé. Elle est assez résistante au froid pour être cultivée en extérieur (-4 °C), en pot ou en jardinière. Ses feuilles sont vert pâle, à la pointe rougeâtre, et forment des rosettes de 10 centimètres maximum. Lorsque la plante est jeune, les feuilles ont tendance à tomber facilement, donc pas de panique !

Sa hampe florale est plutôt courte pour une Echeveria, puisqu’elle mesure 10 centimètre. Elle peut porter jusqu’à 5 à 10 fleurs de couleur orange.

Echeveria affinis

L’Echeveria affinis est une espèce particulièrement adaptée aux cultures en jardinière puisqu’elle résiste aussi à des températures négatives, autour de -8 °C si elle est préservée des précipitations. Elle est de couleur vert sombre si exposée à la mi-ombre, noire si exposée en plein soleil (déconseillé). L’Echeveria affinis possède un port plutôt érigé, puisqu’elle peut atteindre une petite dizaine de centimètres de hauteur pour une quinzaine de centimètres de diamètre pour sa plus grande rosette. Sa hampe florale mesure 30 centimètres et produit des fleurs rouges.

Echeveria pallida

Largement cultivé en pot, l’Echeveria pallida est une plante succulente « chou » de grande taille très résistante à la chaleur et au froid (autour de -8 °C si elle est maintenue au sec). Ses feuilles sont épaisses, larges, longues et de couleur verte. La rosette principale de l’Echeveria pallida peut atteindre 30 centimètres de diamètre ! Ses fleurs sont roses à extrémités rouges, érigées sur une hampe florale verte de 40 centimètres.

Echeveria rosea

L’Echeveria rosea est une espèce particulière d’Echeveria, puisqu’elle est épiphyte : elle se développe sur d’autres plantes, raison pour laquelle elle possède souvent des racines aériennes. De plus, ses feuilles vertes sont espacées, moins compactes que chez les espèces du même genre. L’Echeveria rosea possède aussi une tige fine (1 centimètre de diamètre), sa hampe florale peut atteindre 50 centimètres et porter des fleurs aux pétales jaunes et aux sépales rouges ou roses.

Autres espèces, sous-espèces et cultivars (variétés horticoles)

Il existe des dizaines d’autres espèces et sous espèces, il est impossible de toutes les citées mais parmi celles que l’on peut parfois trouver : Echeveria chihuahuensis, Echeveria colorata, Echeveria pelusida, Echeveria carnicolor, Echeveria minima (de petite taille), Echeveria cuspidata, Echeveria crenulata (qui ressemble le plus à un chou), Echeveria globulosa, Echeveria laui, Echeveria gigantea…

Parmi les cultivars (variétés horticoles), qui sont souvent des hybridations d’espèces connues et déjà évoquées, on peut citer : Echeveria ‘Cheyenne’,  Echeveria ‘Lola’,  Echeveria ‘Fabiola’ (hybride E. derenbergii x E. purpusorum), Echeveria ‘Bombycina’ (hybride Echeveria setosa x Echeveria pulvinata), Echeveria gibbiflora ‘Metallica’, Echeveria ‘orion’ (hybride Echeveria lilacina et Echeveria pulidonis), Echeveria ‘dondo’ (Echeveria derenbergii x Echeveria runyonii), Echeveria imbricata (hybride d’Echeveria secunda « glauca » x E. gibbiflora ‘Metallica’), Echeveria ‘taurus’, Echeveria ‘dionysos’, Echeveria agavoides ‘Sirius’, Echeveria gilva ( hybride Echeveria agavoides ‘Prolifera’ x Echeveria elegans), Echeveria ‘Ramillette’, Echeveria ‘Perle von Nürnberg’…  

Echeveria : culture et entretien

L’Echeveria est une plante très populaire en culture car elle demande peu de conditions particulières. Mieux, elle est facilement cultivable en extérieur si vous vivez dans une région aux températures hivernales clémentes.

Culture des Echeveria en intérieur et en extérieur

La plupart des Echeveria pourront supporter de faibles gelées, autour de 0 ou -5 °C, à conditions qu’elles soient maintenues au sec. Certaines espèces, comme nous l’avons vu précédemment, pourront même supporter des températures encore plus basses, de l’ordre de -8 °C : Echeveria lilacina, Echeveria pulidonis, Echeveria secunda, Echeveria affinis, Echeveria pallida.

Si votre Echeveria ne supporte pas les températures froides, vous le verrez aux feuilles qui devraient devenir molles, voire perdre leur couleur et pourrir.

Les Echeveria sont donc des succulentes (plantes grasses) qui se cultivent en pleine terre dans certaines régions, en serre dans d’autres, ou encore en pots (protégés par des voiles en hiver ou rentrés en intérieur durant cette saison). L’hiver reste la saison la plus compliquée à appréhender, puisqu’en été, cette « succulente chou » pourra supporter des températures très chaudes ou des périodes de sécheresse.

Exposition des Echeveria

Echeveria colorata
Echeveria colorata au soleil

La plupart des espèces apprécieront le plein soleil et devront au minimum être exposées à la mi-ombre pour s’épanouir. Un manque de lumière, comme chez les cactus, provoquera leur étiolement, c’est-à-dire une pousse en hauteur plutôt qu’en largeur.

Exception : les Echeveria affinis n’apprécient pas le plein soleil.

Sachez néanmoins qu’il est préférable d’acclimater votre plante au soleil (Echeveria, cactus ou autre) : exposez-la à l’ombre quelques jours, puis au soleil le matin durant plusieurs semaines, avant de la laisser en plein soleil toute la journée. Il faut l’habiter progressivement aux rayons du soleil, le cas contraire, elle pourrait avoir de gros coups de soleil / brûlures (irréversibles) voire mourir. Ceci est d’autant plus vrai pour les plantes fraichement achetées en magasin.

Arrosage des Echeveria

L’arrosage des Echeveria doit être modéré :

  • une fois par semaine en été ;
  • une fois toutes les deux semaines au printemps et à l’automne ;
  • une fois par mois en hiver.

Il ne s’agit que d’indications générales, préférez sous-arroser que sur-arroser. Si votre plante manque d’eau, vous le verrez facilement à son allure générale : ses feuilles devraient s’affaisser voire tomber. En revanche, si elle a reçu trop d’eau, il est souvent trop tard pour rattraper le coup ! Dans tous les cas, l’arrosage ne doit pas avoir lieu si le substrat est encore humide du précédent arrosage, peu importe la saison et s’il fait chaud.

De même, évitez les vaporisations sur les feuilles ou les petits arrosages trop réguliers, puisqu’il est préférable de bien arroser une bonne fois plutôt que de multiplier les petits apports d’eau.

Enfin, si vous cultivez en intérieur, attention aux cache-pots qui retiennent souvent l’humidité et font pourrir les succulentes (plantes grasses) et cactus.

Substrat pour les Echeveria

Cultivez les Echeveria dans un substrat composé de 50 % de terreau, 25 % de terre végétale et 25 % de sable (ou pouzzolane) pour favoriser le drainage et l’écoulement de l’eau (primordial pour éviter tout risque de pourrissement).

Rempotage

Comme chez les cactus, les Echeveria peuvent être rempotés régulièrement au printemps tous les 2 ou 3 ans, dans un contenant légèrement plus grand que le précédent pour favoriser leur croissance. En général, si vous souhaitez que votre succulente (plante grasse ou cactus) ne se développe pas trop vite, rempotez-la moins régulièrement et laissez-la dans un pot de taille identique.

Echeveria : multiplication

Les Echeveria sont des plantes qui peuvent se multiplier facilement : par bouturage, séparation des rejets ou semis.

Bouturage d’Echeveria

Le bouturage est très simple ! Parfois, vous n’avez même pas besoin de bouturer, il suffit qu’une feuille tombe ou se détache pour que la nature prenne le relai et que votre bouture se développe et grandisse toute seule. Si vous souhaitez réaliser un bouturage d’Echeveria en bonne et due forme, voici la méthode.

  1. Détachez ou coupez une feuille ou un tige ;
  2. Laissez sécher la bouture 2 à 3 jours dans un endroit sec et aéré si c’est une feuille, 10 jours si c’est une tige ;
  3. Déposez la feuille sur un substrat adapté ou enfoncez la tige dans le substrat ;
  4. Attendez que les premières racines apparaissent avant d’arroser si c’est une feuille, arrosez après une semaine si c’est une tige ;
  5. (Après apparition de racines et lorsque la feuille mère est morte dans le cas d’une feuille, vaporisez la bouture tous les 2 ou 3 jours)

Ne soyez pas surpris si des feuilles poussent directement sur la bouture, c’est normal ! Les tissus des succulentes étant remplis de suc (et non pas de graisse, d’où l’emploi inexact de « plante grasse »), les nouvelles pousses puisent dans ces réserves d’eau pour se développer.

Attention à ne pas trop arroser et à ne pas arroser trop vite, vous pourriez faire pourrir vos boutures.

Séparation de rejets d’Echeveria

Echeveria elegans rejets
Echeveria elegans entourés de plusieurs rejets

Les Echeveria sont des succulentes qui produisent régulièrement des rejets, certaines espèces plus que d’autres, comme par exemple les Echeveria elegans. Pour multiplier un Echeveria facilement, vous pouvez donc attendre que votre plante en produise.

Dans ce cas-là, il vous suffit de prélever l’un des rejets dès que celui-ci a atteint une taille correcte : 5 ou 6 centimètres au moins, pour que le système racinaire soit suffisamment développé et donc moins fragile. Vous pourrez alors planter ce rejet dans un pot individuel et le cultiver normalement.

Le prélèvement de rejets est assez simple à réaliser, le risque majeur étant toutefois que les rejets soient prélevés trop tôt ou trop tard et que les racines de ces derniers soient trop fragiles ou a contrario, complètement soudées à celles de la plante mère.

Le prélèvement de rejets a aussi comme intérêt de soulager la plante mère pour qu’elle puisse mieux se développer.

Le semis d’Echeveria

Semis d'Echeveria
Semis d’Echeveria après 4 mois et demi

Les graines d’Echeveria mettent entre 20 et une centaine de jours pour germer et se développent plutôt lentement. La technique de semis d’Echeveria est la même que pour les cactus, attention néanmoins à la fraicheur des graines, puisque des graines trop « vieilles » ne prendraient pas.

Le semis reste une technique dont les résultats sont assez aléatoires et qui peuvent dépendre de nombreux factures extérieurs (températures, humidité, qualité des graines, etc.). Le mieux est encore de se lancer et de tester !

5/5 - (37 votes)
close
Cactus encyclo logo

S'abonner à la newsletter

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Commentaires

Aucun commentaire... Laissez le vôtre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sidebar