Encyclopédie des cactus

Bienvenue à tous sur Cactus Encyclo, votre encyclopédie des cactus. Vous y trouverez principalement des fiches descriptives et techniques sur les différents genres de cactus, avec à chaque fois, des détails sur leurs caractéristiques, leur culture, leur entretien ou encore leur multiplication et leur floraison.

Aussi, par la suite vous trouverez des fiches techniques consacrées à chaque espèces, puisqu’un genre de cactus peut compter jusqu’à plusieurs de centaines d’espèces différentes. Ce site est à destination de tous, mais principalement des débutants, puisque les conseils sont généraux et simplifiés pour faciliter la compréhension !

Par ailleurs, si vous souhaitez identifier les cactus que vous avez chez vous, une page « spécial identification de cactus » existe, avec des dizaines d’espèces et sortes de cactus, avec photos et noms, en fonction de leur forme et apparence (qui peuvent être très variées : il existe des cactus cylindriques, colonnaires, sphériques, retombants, etc.) !

Cactus : définition et caractéristiques de cette plante

Certains cactus (de la famille des Cactacées) sont des plantes « succulentes » capables de stocker dans leurs tissus des réserves de « suc » (~ de l’eau) pour faire face aux longues périodes de sécheresse, c’est pourquoi on les confond souvent avec les plantes grasses, capables elles-aussi de stocker de l’eau dans leurs feuilles, leurs tiges ou leurs racines.

Cactus ou plantes grasses ?

Si certains cactus et plantes succulentes (appelées à tort « plantes grasses » puisqu’elle ne contiennent pas de « graisse » mais des « sucs ») ont la même caractéristique principale, la différence est plus physique, puisque les cactus possèdent des aréoles, qui sont des excroissances des tissus de la plante à partir desquelles naissent des épines. On parle aussi parfois d’aiguillons pour certains cactus, il s’agit d’excroissances des tissus de la plantes qui ne laissent pas de blessure à l’arrachage, contrairement aux épines.

Pour résumer grossièrement, les cactus, au contraire des plantes grasses, piquent. Certains plus, certains moins, et certains pas du tout (il y a seulement quelques exceptions).

Epines, aiguillons ou glochides ?

Pour définir un cactus, on parle souvent de ses épines ou de ses aiguillons, sans vraiment faire la différence entre les deux termes. De même, les plus initiés peuvent parler de glochides. Ci-dessous les différences entre tous ces termes.

  • L’aiguillon est en général moins développé que l’épine et prend naissance dans l’épiderme. Il s’agit d’une excroissance de la plante qui se détache facilement d’une plante sans l’endommager.
  • L’épine, quant à elle, est plus développée que l’aiguillon et fait corps avec le bois de la tige. Son arrachage entraîne la déchirure des fibres.
  • Le glochide est un aiguillon très fin, ayant la forme de petite touffe de poils. Ils sont aussi présents sur certains fruits comme la figue de barbarie.

Pour plus de précision, n’hésitez pas à consulter ce paragraphe consacré aux différences entre les épines, les aiguillons et les glochides.

Pourquoi les cactus ont-ils des épines, aiguillons ou glochides ?

Tout d’abord, comme vous pouvez le remarquer, les « pics » (épines, aiguillons ou glochides) des cactus sont toujours dirigés vers le haut, et cela pour plusieurs raisons : se protéger du soleil, puisque le vide contenu dans les épines permet une relative régulation de la température de leur corps (le soleil ne chauffe pas autant une surface vide qu’une zone homogène) et favorise, ainsi, le ralentissement de l’évaporation de l’eau. En règle générale, on considère que les cactus très piquants peuvent mieux supporter le plein soleil. A contrario, les cactus qui possèdent moins de pics ou les cactus très jeunes sont plus fragiles car leur épiderme est plus exposé au soleil direct.

Ensuite, les épines, aiguillons ou glochides permettent d’absorber la pluie, le brouillard ou la condensation. C’est surtout le cas pour les cactus qui possèdent des tiges ou des petits coussinets, puisque ceux-ci permettent de capter des petites gouttelettes, ou traces d’eau.

Enfin, les épines, aiguillons ou glochides forment une sorte de protection contre les prédateurs herbivores, et notamment dans le désert, ou les plantes sont rares. Ainsi, il s’agit d’un système de défense, même s’il peut parfois être inefficace contre les petits insectes ou pour les espèces qui ont des pics trop éloignés les unes des autres.

Sidebar