Comment débuter dans la culture de cactus ?

De nombreuses personnes hésitent à se lancer dans la culture de plantes succulentes, craignant de ne pas savoir les entretenir. Si c’est votre cas, il faut savoir que les cactus peuvent s’adapter à de nombreux environnements : même s’ils s’agit de plantes d’extérieur, les cactus peuvent se cultiver en intérieur si vous suivez quelques conseils et choisissez les bonnes espèces.

Dans cet article, découvrez nos conseils pour bien débuter dans la culture des cactus d’intérieur. Il s’agit de conseils pour s’initier à la culture des cactus, à coupler avec les conseils d’entretien et de culture valables pour tous les cactus.

Où cultiver mes cactus ?

Pour commencer une culture de cactus et composer son petit jardin intérieur, un emplacement clair et lumineux, en dehors de tout courant d’air est nécessaire.

Si vous disposez d’une tablette près d’une fenêtre, c’est un emplacement idéal à condition de respecter une règle simple : ne pas accoler les plantes aux vitrages pour éviter le froid et les brûlures du soleil, ce qui leur provoquerait taches irréversibles et maladies.

Par ailleurs, il n’est pas du tout recommandé de poser les plantes entre un rideau et une fenêtre car en hiver, il y a des risques d’accumulation d’air froid et humide très préjudiciable là encore à la bonne santé de vos succulentes.

Si l’on tient compte de ces quelques règles, il n’est pas très difficile de trouver les quelques décimètres carrés nécessaires afin de disposer ces plantes de climat sec.

Marion Jeannot, consultante pour le site Maison.20minutes.fr qui aide à découvrir le jardinage pour les amateurs
Cactus d'intérieur

A quelle période de l’année commencer une collection ?

Pour faire simple, il n’y a pas de période particulière pour commencer une collection de cactus, plantes grasses ou plantes en général. Cependant, au printemps et en début d’été, les plantes croissent, fleurissent et sont dans l’ensemble moins sensibles aux erreurs de culture. En hiver, elles sont au repos, sans beaucoup d’activité. Il est donc plus difficile d’être sûrs que leur nouvel emplacement leur conviendra.

Ainsi, nous vous conseillons de commencer une collection à partir du printemps : vous aurez alors le temps d’observer vos plantes et de leur apporter les soins optimums.

Quelle quantité d’eau pour mes cactus ?

L’arrosage des cactus est un point essentiel pour pouvoir les cultiver sans encombre et éviter les déconvenues. Une fois vos premiers cactus achetés et placés dans votre intérieur, nous vous conseillons de rester prudents dans leurs arrosages.

En effet, même si vous avez identifié vos pensionnaires, vous ne savez pas encore précisément quels sont leurs besoins en eau : ils peuvent dépendre de leur taille.

Globalement, on admettra qu’un bon arrosage toutes les 2 semaines est suffisant au printemps, toutes les semaines en été (tous les 3 ou 4 jours s’il fait très chaud) et une fois ou deux à l’automne, entre octobre et novembre. En hiver, la plupart des cactus ne demandent aucun arrosage.

En effet, le manque de lumière met au repos les plantes qui n’ont donc pas de besoins spécifiques. En revanche, dès que les beaux jours reviennent, l’activité des parties aériennes et souterraines reprend et des apports d’eau doivent être effectués en tenant compte de la température de la pièce.

Quelles températures durant l’hiver ?

Contrairement à une idée très largement répandue, pour une très grande majorité de cactées et de plantes succulentes, la température optimale hivernale est de l’ordre de 10 à 12 °C, avec un arrosage nul ou très léger.

Là encore, tout dépend des espèces, il est donc nécessaire de les identifier pour leur apporter les conditions hivernales optimales, puisque certaines d’entre elles supporteront même des températures bien plus fraîches.

Faut-il sortir les plantes durant l’été ?

Dans leurs pays d’origine, les cactées et succulentes poussent en plein air, souvent en plein désert. Il est donc recommandé, si cela est possible, de les disposer sur un balcon ou une terrasse dès l’approche des beaux jours.

Quelques précautions sont à prendre afin que les tissus des plantes ne soient pas brûlés par le soleil. Vous pourrez par exemple les sortir une heure les premier sjours, puis augmenter progressivement la durée. Vous pourrez aussi les placer au pied d’une autre plante, pour une exposition à la mi-ombre, plus douce.

Dans certaines régions, certaines espèces peuvent aussi passer l’hiver dehors à l’abri des vents froids et surtout de l’excès d’eau et d’humidité. Si ce n’est pas possible chez vous, vous pouvez aussi les protéger grâce à des plaques PVC, des petites serres ou des abris de fortune, etc.

Quels contenants ? Pots en terre ou en plastique ?

En l’absence de lieu approprié comme une serre ou un salon d’hiver dans lequel il est possible de mettre les plantes en pleine terre, vous pourriez être tenté(e) de les mettre dans divers contenants, plus ou moins originaux. Vous pouvez !

La seule règle à respecter est la suivante : le contenant doit être percé pour permettre à l’eau de s’évacuer facilement après chaque arrosage.

En ce qui concerne le choix d’un pot en plastique ou en terre cuite, les deux types de pots ont leur points forts et leurs points faibles :

  • Les pots en plastique sont plus légers, souvent moins chers, moins encombrants. En revanche, ils ont tendance à ralentir l’évaporation de l’eau, le substrat reste donc humide plus longtemps, ce qui peut être problématique. Placés au soleil, les pots en plastique ont aussi l’inconvénient de monter très vite en température, parfois trop.
  • Les pots en terre cuite sont plus lourds, plus stables et ont l’avantage de permettre au substrat de sécher plus rapidement. Les points négatifs seraient leur prix et la place qu’ils peuvent prendre dans un intérieur.

Les pots en terre cuite sont donc à privilégier autant que possible, mais pas de crainte si vous ne pouvez ou voulez pas, les cactus et succulentes se cultivent aussi très bien dans des pots en plastique !

Une fois le contenant choisi, n’hésitez pas à rempoter vos cactus dans le substrat qui leur est adapté, puisque bien souvent, les substrats d’origine sont bien trop riches et inadaptés.

Commentaires

Aucun commentaire... Laissez le vôtre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sidebar